© 2018 par Galerie Bourreau-Ravier

7, rue de la Cure 85330 Noirmoutier, France

 Alexis GORODINE 

Et si on prenait la pause... !

"Bonjour Monsieur Gorodine"

semblent dire ces bêtes visiblement ravies d'avoir posé pour le peintre !

On sait combien celui-ci aime les animaux, les plantes, la nature.

La nature plutôt que la campagne.

Gorodine s'attache à ce qui subsiste en nous de primitif. Il y voit pureté et sagesse et en touillant avec de l'humour, cela donne ces animaux facétieux ou élégants, légers, chamarrés, drôles.

Bestiaire sorti de la pénombre du vestiaire, effigies d'un Eden que l'on croyait perdu : il le convoque sur la toile, non pour faire un tableau mais pour lui donner la vie.

"Nous sommes restés des animaux, restez donc des hommes" insistent ces bêtes qui ont l'innocence pour carapace.

L'animal ne sait être méchant. Au pire il joue, maladroitement. Il ne fait que ce que de besoin. Imaginez un lion qui s'habillerait en singe ou léopard : ce serait ridicule, n'est-ce pas !

C'est pourtant ce que fait l'homme.

O homme dominateur et cupide, être de paraître !

Heureux ce temps où l'homme et l'animal apprenaient ensemble.

Heureux ce temps où, géniaux tagueurs de cathédrales souterraines, les hommes célébraient l'animal et faisaient bonne mine avec Mère Nature.

Il y a du rupestre dans ces animaux que fait apparaître Gorodine avec des couleurs et des matières frustre, simples, porteuses de mystère et de mémoire.

Gorodine reprend l'antique flambeau et nous invite à l'heureuse parade.

Ah si tout cela pouvait nous mettre la puce à l'oreille...

La vie nous échappe, et cependant, on jurerait que nous échappons à la vie !

Charles d'Estève

 En savoir plus 

- Lien vers le site officiel de Alexis Gorodine